• Randonnées d'initiation à la découverte de la nature.

     

    cheveche_d_athena_dico_1g.jpg

    Photo: Didier Collin - www.oiseaux.net

      

    "La Chevêche" vous propose des randonnées d'initiation à la découverte de multiples milieux naturels. Porter un autre regard sur notre patrimoine naturel, c'est à cela qu'elle vous convie. Mieux connaître la nature, c'est un pas important pour mieux la respecter et la protéger !

     

    Randonnées Initiation Nature.jpg

    Bienvenue

      

    Les excursions seront dorénavant organisées à la demande, en contactant

    François Hela, rue de Mianoye 28/2, 5530 Durnal

    Tél: 083/69 05 08

    GSM: 0478 56 46 17

    E-Mail: hela.fr.nat@gmail.com 

    Frais de participation à convenir.

     

     

      

     

     

  • Spectacle annoncé dans la petite héronnière de l'île d'Yvoir, en Meuse !

    C'est encore l'hiver, en cette mi-février et il peut encore être rude ! Pourtant, sur l'île d'Yvoir, en Meuse, le spectacle annoncé va prendre forme au fur et à mesure que l'on se rapproche des beaux jours. La héronnière, silencieuse à la mauvaise saison, va s'animer à nouveau ! Je suis prêt afin d'assister, aux premières loges, à cette représentation que les Hérons cendrés (Ardea cinerea) donnent chaque année, à pareille époque. Les journées se rallongent, ce qui déclenche chez ces grands oiseaux des comportements prénuptiaux. En général, à partir du 15 février, les hérons reviennent de temps à autre se reposer sur les nids des années précédentes ou à proximité, surtout par temps ensoleillé et peu venteux.

    Ardea cinerea Jambes 10-02-15 A.JPG

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, Février 2015

     

    Le nombre de silhouettes immobiles se renfrognant, têtes et becs entre les épaules, augmentent de jour en jour sur les aires de nidification et leurs abords. D'autre oiseaux, ressemblant à de longues formes pétrifiées, la plupart en équilibre sur une jambe, sont bien visibles sur les gros cailloux qui affleurent, au bord de l'île. Rien ne bouge !

    Ardea cinerea Barrages de l'Eau d'Heure (Lac de Falemprise) 17-01-15.JPG

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, Février 2015

     

    Cette fois,une des formes immobiles a le cou dressé. Un héron se penche lentement vers l'eau, cou à demi replié. Pendant plus de deux minutes, il demeure dans cette position. Je peux voir son œil fixe. A t'il repéré une petite proie ? Brusquement, il a un petit poisson frétillant au bout du bec. Son harponnage a été si vif qu'il m'a complètement échappé ! La proie avalée, il ouvre ses larges ailes grises et noires et, à grands coups de rames, il va rejoindre la compagnie plus en hauteur, non sans s'annoncer avec des cris rauques.

    Ardea cinerea R. Dumoulin A.jpg

    Photo: René Dumoulin - www.oiseaux.net

     

    Petit à petit, les mâles adultes prennent possession des nids existants les plus élevés et les plus grands. Ils s'y installent alors en permanence. Peu à peu, l'occupation se complète et les retardataires, les plus jeunes, n'ont parfois plus de vieux nids à disposition et doivent essayer de construire à neuf, mais les bonnes places manquent. A partir du mois de mars, la cité des Hérons cendrés devient un théâtre fantastique. Les acteurs aux parures flottantes se livrent avec frénésie à d'étranges postures ponctuées de sons gutturaux. Les plumes de la crête et celles, ornementales, du dos s'allongent nettement en une dizaine de jours  (J.-Y. Berthelot, 1991). Les pattes, le bec et l'iris deviennent rouge orangé et les lores bleuissent.

    Ardea cinerea R. Dumoulin B.jpg

    Photo: René Dumoulin - www.oiseaux.net

     

    Encore solitaire sur son perchoir, le héron mâle cherche inlassablement par ses cris et ses gestes a attirer une femelle sur le nid. J.-Y. Berthelot (1991) distingue deux postures d'appel du mâle. Dans la première (Fig. 1), il tend lentement le cou vers le ciel, bec plus ou moins vertical, corps dressé, pattes raidies, crête et plumes aplaties. L'oiseau, grandi à l'extrême, se tient comme une flèche dressée au centre du nid. Puis, il s'accroupit en râlant, fléchissant les pattes, recourbant le cou en arrière pour que le bec, ventral, reste bien central lors de l'abaissement. Ce rituel, effectué fréquemment et répété après une pause, semble être le plus caractéristique de la parade nuptiale du Héron cendré. 

    Ardea cinerea Parades Dessins.jpg

    Figure 1.

    L'autre posture d'appel (Fig. 2), cou tendu vers le bas avec clappement bref des mandibules, s'accomplit généralement vers le bas (a), parfois à l'horizontale(b) ou plus rarement vers le haut (c). Dans le cas de la posture vers le bas (80% des cas), l'oiseau semble fixer un point sous lui, tend lentement le cou en fléchissant les pattes et décoche soudain, complètement tendu, un cou de bec terminal avec clappement, gorge et crête bien ébouriffées.

    IMG 7.jpg

    Les Figures 1 et 2 sont extraites d'un article à propos de l'évolution de la parade nuptiale des Ardéidés, par J.-Y. Berthelot, dans les Cahiers d'Ethologie appliquée, 11(4),1991, pages 401 à 407, Travaux de l'Institut de Zoologie de l'Université de Liège (Service d'Ethologie et Psychologie animale - Musée de Zoologie - Aquarium.

     

    Lorsqu'un autre héron s'approche, cessant d'appeler, le mâle va réagir agressivement, huppe levée, ailes entr'ouvertes et plumes gonflées. Il projette le cou dans sa direction et ouvre le bec en poussant un "gooo..." menaçant. S'il s'agit d'un mâle intrus, il s'enfuirait ou menacerait aussi ! Par contre, si c'est une femelle intéressée, elle insistera pour venir à ses côtés et révèlera ainsi son sexe. Aussitôt, le mâle ajoute à ses démonstrations une parade de révérence: courbette des jambes avec cou tendu abaissé et huppe hérissée avec des claquettes de mandibules pour conclusion (P. Géroudet, 1978) . Il pique des branchettes, son agressivité diminue et accepte finalement la femelle sur le nid.

    101369140.jpg

    Photo: David de Boisvilliers - www.daviddbphotos.canalblog.com

     

    Le début des noces commence. Désormais, tous deux prennent contact, se tâtent du bec, saisissent des matériaux, ce qui hausse leur excitation mutuelle jusqu'à l'accouplement: le mâle saute sur le dos de la femelle, où il se maintient avec les ailes ouvertes et une prise du bec derrière son cou.

    Ardea cinerea R. Dumoulin C.jpg

    Photos: René Dumoulin - www.oiseaux.net

     

    En alternance avec ces rites, vous pourrez observer encore de brèves envolées circulaires autour de la héronnière, des bagarres criardes, rarement des rixes sérieuses entre rivaux ainsi que diverses expressions vocales. Sitôt le couple formé, l'activité de construction ou d'aménagement des nids se précipite et, d'après P. Géroudet (1978), elle se poursuit même durant la nuit. La recherche et le transport des matériaux incombent avant tout au mâle, la femelle se contentant de les recevoir et de les arranger. Enfin, d'habitude en mars, le premier œuf bleu verdâtre est pondu et la couvaison peut commencer. La génération future est annoncée !

    Ardea cinerea Adulte au nid Yvoir (île) 12-04-13.jpg

    Femelle couvant

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (île sur la Meuse), 12 Avril 2013

     

    Pour assister à ce spectacle fascinant, munissez-vous de jumelles ou d'une lunette d'approche ! A partir d'un tronçon du chemin de halage, entre l'avenue Doyen Roger Woine et l'embouchure du Bocq, en face de l'île d'Yvoir, vous serez aux premières loges.

     

    Ardea cinerea Camargue (Parc ornithologique de Pont de Gau) (F), Mai 2014 Carole Fourmarier.jpg

    Adulte et grands jeunes au nid

    Photo: Carole Fourmarier, Parc ornithologique du Pont de Gau (F), Mai 2014

     

    Les Hérons cendrés bâtissent leurs grands nids au vu de tous, dans les cimes des arbres, bien avant la repousse des feuilles. Ils s'y accouplent et nourrissent leurs jeunes. Il est donc spectaculaire d'observer le va-et-vient et les cris de ces grands oiseaux, mais à bonne distance, car une intrusion trop proche ou sous les nids provoque des envols effrayés souvent néfastes pour les couvées. Observer et respecter, voilà la devise du naturaliste ! Qu'on se le dise !

     

    Ardea cinerea R. Dumoulin.jpg

    Le Héron cendré, un oiseau fascinant, qui mérite notre respect !

    Photo: René Dumoulin - www.oiseaux.net