Argiope (Argiope bruennichi)

  • Sur les traces de l'Araignée-Frelon ...

    Les chiffres entre parenthèses dans le texte renvoient le lecteur en fin de note pour des renseignements supplémentaires.

    L'Argiope fasciée (Argiope bruennichi) est sans nulle doute une de nos plus belles araignées. En langage vernaculaire, on la nomme souvent "argiope", "épeire fasciée" ou encore "araignée-frelon". La femelle, d'assez grande taille (1) est très reconnaissable à son abdomen ovale et tronqué en avant. Celui-ci, jaune pâle à jaune doré, orné à la face dorsale de bandes noires transversales plus ou moins sinueuses, lui donne un aspect "tigré". Ses pattes brun pâle sont cerclées de noir.

     

    Argiope bruennichi Femelle A.jpg

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Tricointe), Septembre 2011.

     

    Appartenant au groupe des araignées orbitèles (2), elle construit une toile de forme circulaire, en orbe. Celle-ci, tissée à faible hauteur dans la végétation, atteint 30 cm de diamètre. Elle est ornée d'un ruban vertical de soie nacrée, en zigzag, appelé stabilimentum (3). A l'affût, l'Argiope fasciée se poste au centre de la toile, tête vers le bas, les pattes étalées.

     

    Argiope bruennichi Y.jpg

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, Septembre 2010.

     

    Le dimorphisme est très marqué chez cette espèce. Les mâles sont beaucoup plus petits (4 à 8 mm). Ils n'ont pas les riches coloris des femelles. Ils ne construisent pas de toile et mènent une vie errante, sauf à l'époque des amours où on peut les voir au voisinage immédiat ou sur les toiles des femelles.

     

    Argiope bruennichi Mâle et Femelle Dessin.jpg

     

    C'est normalement fin juillet que l'on aura la chance de rencontrer les premières femelles adultes, au centre de leurs toiles. A cette époque, elles ont déjà une taille respectable. Sans avoir encore des bandes noires et jaunes de l'abdomen entièrement marquées, elles ont cependant atteint la maturité sexuelle. Dès le mois d'août, on peut noter la présence de femelles de grande taille, dont les teintes des bandes transversales se sont avivées.

     

    Argiope bruennichi Yvoir 12-08-11.jpg

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, 12 Août 2011.

     

    Fin de l'été, la femelle, sur le point de pondre, construit deux ou trois cocons protecteurs dans lesquels elle place ses oeufs. Ces cocons sont de véritables chefs d'oeuvre ressemblant à de minuscules montgolfières d'une hauteur de 15 mm. L'araignée tisse d'abord un petit sac central qu'elle remplit de 400 à 600 oeufs. Elle enveloppe alors celui-ci d'une véritable "bourre" de fil de soie: c'est l'isolant thermique qui protège la ponte du froid. Un tissage externe soyeux termine le travail. L'argiope meurt peu après (4).

    Ainsi protégés, les oeufs peuvent passer l'hiver. L'éclosion progressive a lieu au printemps. Sous l'action des rayons solaires, l'air enfermé dans le cocon s'échauffe et provoque son éclatement. Les jeunes araignées vont partir alors à la conquête du monde extérieur.

     

    Argiope bruennichi Cocon.jpg

    Cocon ovigère avec de petites argiopes prêtes pour conquérir d'autres territoires.

    Photo: Fr. Hela, Thynes, Juin 2010.

     

    Les petites arignées vont alors se disperser en tissant un fil de soie d'une certaine longueur qui se fixe habituellement aux tiges, brindilles, feuillage,... des alentours immédiats. C'est, en quelque sorte, un pont aérien destiné à assurer la progression des araignées afin de rechercher un habitat éloigné du lieu de naissance. Dans d'autres circonstances, profitant de la présence d'ascendances thermiques et de vents favorables, les jeunes araignées se laissent emporter parfois sur de très grandes distances, toujours grâce à ce fil de soie joliment nommé "fil de la Vierge".

    L'Argiope fasciée se rencontre dans des habitats chauds, ensoleillés et, en général, secs, ayant subi une influence humaine (5). Cette espèce est thermophile et de nombreux auteurs l'indiquent dans plusieurs études. Ainsi, R. Guttmann (1979) montre que 90% des stations de cette araignée en Allemagne bénéficient d'une température au-delà de 10°C, pendant au moins 150 jours par an. En Europe centrale et occidentale, l'araignée-frelon aime particulièrement les versants bien exposés à l'orientation sud et sud-ouest (Cl. Puts, 1987). Chez nous, les espaces ouverts fortement ensoleillés sont les plus recherchés par l'araignée, tandis que les milieux fermés et ombragés sont évités. Ainsi les zones forestières, à l'exception des lisières et des chemins bien exposés ne lui conviennent pas. Notons, pour terminer, que sa présence dans certains jardins de notre localité est assez fréquente !

     

    (1) 14 à 18, voire 25 mm. Les araignées vivant en région méditerranéenne sont souvent plus grandes que chez nous.

    (2) Encore appelées "araignées à toiles géomètriques", les araignées orbitèles n'ont en commun que la forme circulaire, en orbe, de leur toile.

    (3) Le rôle du stabilimentum demeure inconnu. Sa fonction principale, bien que controversée, serait efficace contre les prédateurs, en masquant la silhouette de l'araignée (camouflage). Il aurait un rôle de soutien et augmenterait la résistance de la toile,...

    (4) D'après certains auteurs, les femelles vivent jusqu'en octobre. J'ai moi-même observé l'argiope un 30 septembre.

    (5) Ce sont les jardins, les haies, les bords de champs et de routes, les terrains vagues en ville, les talus, les dépotoirs et sites industriels désaffectés, les ruines, les carrières abandonnées, les pelouses sèches sur sols siliceux ou calcaires, les vieilles friches et les pâturages extensifs.