Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula)

  • Des bouvreuils pivoines !

    Pyrrhula pyrrhula.jpg

    Photo: Yvon Toupin - www.oiseaux.net.

    Le choix de cette photo n'est pas un hasard. En effet, fin décembre, mon attention se porte sur un bouleau taillé assez bas, semblant de loin décoré d'objets insolites roses et rouges. Mais, ceux-ci bougent ! Je m'approche. Magnifique ! Au moins dix bouvreuils, mâles et femelles, s'affairent à décortiquer les chatons femelles cylindriques portant encore de nombreux akènes.

    Pyrrhula pyrrhula Mâle 25-12-10 D.JPG

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, 25-12-10.

    De taille dépassant celle d'un moineau, le bouvreuil (Pyrrhula pyrrhula) à la silhouette lourde aux formes pleines qui le font paraître assez gros. La tête est aplatie, engoncée dans un cou épais. Le corps bien rond qui se redresse est porté par des pattes courtes et terminé par une queue carrée qui équilibre mal la forte carrure. Hormis la couleur de la poitrine, le mâle et la femelle possèdent tous deux le dessus de la tête noire, le dos gris cendré, les rémiges, sus-caudales et rectrices noires; une grande tache blanche au croupion est nettement visible au vol et le bas-ventre est de la même couleur. Si les mâles arborent une poitrine rouge vif, les femelles, par contre, sont plus discrètes. Elles montrent des dessous gris teinté de rose.

    Pyrrhula pyrrhula Femelle.jpg

    Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula): Femelle.

    Photo: René Dumoulin - www.oiseaux.net

    Le bouvreuil résiste bien aux grands froids et à la neige, car il trouve sa nourriture sur les arbres et les buissons sous forme de graines et de bourgeons. Les érables, le charme, les aulnes, les bouleaux, les frênes le voient dès novembre sur leurs semences, qu'il décortique avec son gros bec noir. Il recueille à terre les graines de conifères (épicéas, mélèzes et sapins de Douglas surtout). C'est encore pour les graines qu'il exploite des sorbiers, alisiers, viornes, troènes, sureaux, cornouillers, ... De nombreuses plantes herbacées sont visitées en hiver. Les inflorescences sèchées des ronces, de l'armoise, des chénopodes, des patiences, des renouées et, même, des orties sont appréciées. Au milieu de la saison froide, il commence à cisailler les bourgeons de plusieurs espèces d'arbres.

    En hiver, si vous voulez observer les bouvreuils dans votre jardin, n'arrachez pas les grandes plantes sauvages sèchées. Laissez-les jusqu'au printemps. Ainsi, j'ai remarqué que les bouvreuils peuvent se réunir en bandes nombreuses dans une friche où des fanes d'orties ou de patiences à feuilles obtuses (Rumex obtusifolium) sont restées sur place en hiver. Qu'on se le dise !