Busard Saint-Martin (Circus cyaneus)

  • Un Busard Saint-Martin (Circus cyaneus) à Godinne, le 15 décembre 2010.

    Un oiseau de proie à l'allure plus légère qu'une buse variable survole la vallée de la Meuse. Au premier abord, ce qui frappe chez ce rapace, ce sont ses longues ailes larges et arrondies, mais aussi sa longue queue rectangulaire. Un busard !

    L'ensemble du corps est brunâtre. La poitrine et le ventre sont marqués de fines rayures longitudinales. Des barres plus foncées donnent du relief aux ailes et à la queue. Une tache blanche, étendue, sur le croupion est bien visible. Sans nulle doute, il s'agit bien d'une femelle ou d'un immature de Busard Saint-Martin!

    busard_saint-martin_yvto_2g.jpg

    Photo: Yvon Toupin - www.oiseaux.net

     

     

    Une originalité de cet oiseau, c'est aussi la présence de petites plumes serrées et dures qui dessinent un cercle plus ou moins complet et accusé autour du visage. Ce disque facial, qui joue probablement un rôle dans l'acuité auditive, rappelle celui des rapaces nocturnes.

    C'est en hiver que, maintes fois, j'ai pu admirer le vol de ce busard en chasse, sur les plateaux parsemés de cultures et de prairies de la région. Le busard Saint-Martin, comme d'ailleurs les autres busards, est un élégant voilier. Entre quelques battements souples, il glisse, les ailes tendues et relevées en "V" bien ouvert. Il chasse près du sol en épousant minutieusement les dénivellations. Il s'arrête de temps en temps sur place en battant des ailes pour plonger sur un campagnol ou un passereau. En fait, il n'attaque pas directement sa proie. Il tombe sur elle, après l'avoir dépassé, en exécutant un vif retournement sur place.

    Sans me lasser, j'ai regardé durant de nombreuses minutes les évolutions de cet oiseau et, chaque fois, je sentais que je n'existais plus. Je devenais léger ! J'étais busard !