Cigogne blanche (Ciconia ciconia)

  • Des Cigognes blanches (Ciconia ciconia) en passage à Durnal (Yvoir) !

    Durnal (Yvoir), ce 16 mars 2014.

    Il est 8h30, lorsque j'emprunte, à la sortie du village, la petite route qui conduit au point de vue sur Maillen et Jassogne (Assesse).  La lumière rasante éclaire ce doux  paysage que j'affectionne particulièrement et qui est composé de prés déjà bien verts et de haies.

    Durnal Campagne 9-03-14 A.JPG

    Photo: Fr. Hela, Durnal, le 16 Mars 2014

     

    Quatre hérons cendrés volent ensemble, avec d'amples battements d'ailes, puis, une grande aigrette solitaire, blanche dans le bleu du ciel, se dirige vers le nord-est. Arrivé au point de vue, à la lisière de la forêt, des grives litornes, en halte migratoire, parcourent un pré à la recherche de quelques vers, en compagnie d'étourneaux sansonnets. Le bruant jaune chante à ma droite au sommet d'un buisson. La grive draine et la musicienne font de même dans la forêt proche. Quatre geais des chênes vont vers le bois en poussant des cris rauques !

    Tout-à-coup, venant de je ne sais où, cinq Cigognes blanches silencieuses tournent dans l'azur, au-dessus de ma tête. Visiblement, les grands oiseaux sont en quête d'une ascendance thermique, un "ascenseur aérien" sans lequel elle ne pourrait voyager sur de longues distances sans trop se fatiguer. Ma journée débute fort bien ! Que du bonheur !

    IMG_0499.JPG

    Photo: Fr. Hela, Durnal, 16 Mars 2014

     

    Comme les oiseaux de proies, les cigognes pratiquent le vol à voile, lors de leurs déplacements. Elles s'efforcent au plus vite de planer. Dans le groupe, des éclaireuses essaient de repérer une bulle d'air chaud, un bon "thermique" qui puisse faire monter la troupe jusqu'au ras des nuages.

    Ciconia.jpg

    Photo: Fr. Hela, Durnal, 31 Août 2006

     

    Imaginez le magnifique panorama que l'on peut observer de la petite route et que le soleil commence à réchauffer à cette heure !

    IMG_0503.JPG

    Photo: Fr. Hela, 16 Mars 2014

     

    Après plusieurs tentatives pendant cinq bonnes minutes, nos cigognes ne vont pas prendre cette fois beaucoup d'altitude. Elles tournoient au-dessus de moi, les grandes ailes rectangulaires tendues, comme celles des planeurs. Le thermique  ne semble pas assez efficace. Voilà qu'elles s'en vont maintenant vers le nord-est ! Sur leur route, elles feront fort probablement d'autres essais plus porteurs !

    Ciconia ciconia M. Gillard.jpg

    Photo: Michel Gillard, Habay-la-Neuve, 15 Mars 2013

     

    Les différents éléments du paysage ne profitent pas de façon identique des rayons du soleil. Certains absorbent tout, d'autres renvoient, un peu à la manière d'un miroir, une grande partie des rayons vers le ciel. Au-dessus de ces derniers éléments, l'air se réchauffe. Si bien que, juste à la verticale d'un champ bien exposé, d'une carrière, de rochers, d'une friche bien sèche, de toits écrasés de soleil d'un petit village, ... voici une immense cloque d'air chaud qui se forme bientôt. Cette bulle transparente, capable, dans certains cas, d'atteindre un ou deux kilomètres de diamètre, enfle de minute en minute. Soudain, l'énorme globe d'air chaud se détache du sol et commence à monter dans le ciel, comme une montgolfière. Il est devenu ce qu'on appelle un thermique, ou encore, une ascendance.

    IMG_0501.JPG

    Photos: Fr. Hela, Durnal, 16 Mars 2014

     

    Arrivées à une grande hauteur, nos cigognes venant d'Afrique, quitteront ce thermique et se laisseront glisser sur des kilomètres. Au bout d'un temps variable, elles devront retrouver une nouvelle colonne d'air chaud pour continuer leur voyage, et ainsi de suite, pendant parfois plus de 6000 kilomètres, du Cameroun jusqu'aux Pays-Bas, au Danemark ou, peut-être, jusqu'en Allemagne, où l'effectif des populations d'oiseaux nicheurs a régulièrement augmenté depuis 1975, grâce à des programmes de protection et de réintroduction.

     

    Ciconia ciconia D. Vieuxtemps B.jpg

    Photo: Didier Vieuxtemps, Saint-Hubert, 6 Août 2013

     

    Actuellement, l'observation de ces cigognes blanches à Durnal correspond à la migration prénuptiale. Fin de l'été, elles repasseront au-dessus de nos têtes, lors de la migration postnuptiale qui débute  en juillet et atteint son maximum dans la seconde quinzaine d'août et se poursuit quelque peu en septembre. Sur leur trajet aller et retour, elles font des haltes pour reprendre des forces ou lorsque les conditions météorologiques sont moins favorables. C'est ainsi qu'elles apparaissent çà et là dans nos régions, lors de ces migrations, dans une prairie ou un terrain agricole, mais aussi sur le toit d'une maison ou sur les lampadaires routiers ou autoroutiers !

     

    Ciconia ciconia D. Vieuxtemps.jpg

    Photo: Didier Vieuxtemps, Saint-Hubert, 6 Août 2013

    Ciconia ciconia.jpg

    Photo: Patrick Evrard, Sart-Bernard, 28 Août 2010

    Ciconia ciconia D. Vieuxtemps D.jpg

    Ciconia ciconia D. Vieuxtemps C.jpg

    Photos: Didier Vieuxtemps, Saint-Hubert, 6 Août 2013

    Ciconia ciconia Chassepierre 20-05-13 B.jpg

    Photo: Fr. Hela, Chassepierre, 20 Mai 2013

     

    Pour passer d'un continent à l'autre, les cigognes blanches des régions occidentales de notre continent passent par le détroit de Gibraltar, tandis que celles de l'Est de l'Europe, beaucoup plus nombreuses, migrent par le Bosphore. Elles hivernent en Afrique occidentale, entre la zone désertique et celle des forêts tropicales, du Sénégal au Soudan (Géroudet, 1978).