Cystoptéris (Cystopteris fragilis)

  • Le Cystoptéris (Cystopteris fragilis), une fougère délicate et discrète.

    Cette fougère peu commune est surtout présente dans la vallée du Bocq. Elle croît de préférence sur des substrats contenant du calcaire (calciphile), mais on la rencontre parfois en zones siliceuses. Chez nous, elle affectionne les fissures de rochers, les vieux murs et les vieux puits (Site de Poilvache notamment) en moellons calcaires, les ponts de pierre enjambant les cours d'eau, souvent en sites ombragés, exposés au nord ou sous couvert forestier (forêts de ravins sur éboulis grossiers).

     

    Cystopteris fragilis Dorinne (Chansin) 24-05-10.jpg

    Le Cystoptéris sur un rocher humide et ombragé.

    Photo: Fr. Hela, Dorinne (Chansin), 24 Mai 2010.

     

    Parfois, elle pousse à découvert, sur des pentes ensoleillées, mais alors toujours à proximité de zones humides (suintements, cascatelles de petits ruisseaux frais ...).

     

    Cystopteris fragilis Evrehailles (Vallée du Bocq) Mai 2011.jpg

    Photo: Fr. Hela, Evrehailles (Vallée du Bocq), Mai 2011.

     

    Plante vivace, le Cystoptéris se développe au printemps et répand ses spores en été. Les frondes se déssèchent généralement en automne, mais aussi dès l'été, en cas de sécheresse.

     

    Cystopteris fragilis Yvoir (Propriété Dapsens) Mai 2011.jpg

    Le Cystoptéris sur un vieux muret, à l'ombrage et à l'exposition nord.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Propriété Dapsens), 28 Mai 2011.

     

    Les feuilles ou frondes de cette fougère (15 à 30 cm) sont rapprochées en touffes au sommet d'un rhizome court et dressé. Le limbe est délicatement ciselé et les nervures se terminent, en majorité, dans les dents des pinnules. Le pétiole verdâtre, grèle, un peu plus court que le limbe, est glabre et possèdent quelques petites écailles à sa base.

     

    Cystopteris fragilis Yvoir (Propriété Dapsens) Mai 2011 A.jpg

    Une fronde de Cystoptéris.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Propriété Dapsens), Mai 2011.

     

    Le Cystoptéris ressemble beaucoup à une jeune Fougère femelle (Athyrium filix-femina), mais se distingue aisément par ses sores arrondis, à indusies latérales ovales et aiguës rapidement caduques.

     

    Cystopteris Yvoir Evrehailles (Vallée du Bocq) 28-5-11.jpg

    Photo: Fr. Hela, Evrehailles (Vallée du Bocq), 28 Mai 2011.

     

    Voici une illustration, avec détails, du Cystoptéris, d'après la Flore forestière française (2 Montagnes) par J.-C. Rameau, D. Mansion et G. Durné (Institut pour le développement forestier - 1993):

     

    Cystopteris fragilis Graphique 24-11-11_0001.jpg

    1. Souche courte, fibreuse, écailleuse et roussâtre.

    2. Pétiole grêle, vert, plus court que le limbe, un peu écailleux à la base.

    3. Limbe plus long que large, rétréci à la base.

    4. Penne: foliole de la feuille composée (fronde), chez les fougères.

    5. Pinnule: subdivision de la penne, aussi appelée "foliolule".

    6. Sores (groupes de sporanges dans lesquels se forment les spores) de petite taille; indusies fixées par leur bord.