Hespérie de la mauve (Pyrgus malvae)

  • Les Hespéries (Hesperiidae), des petits Rhopalocères ("papillons de jour") particuliers.

    Sur le territoire de la Commune d'Yvoir (B), on peut observer, à la belle saison, plusieurs espèces d'Hespéries (Hesperiidae), petits papillons originaux dont l'envergure varie de 2,5 à 3 ou 4 cm. Ils diffèrent beaucoup de tous les autres "papillons de jour", à tel point que, par le passé, certains auteurs les ont réunis aux Sphingidés ("papillons nocturnes" ou Hétérocères - Famille des Sphinx). D'autres auteurs les considèrent comme des "papillons de jour" archaïques.

    Ochlodes venatus Yvoir 11-6-11 A.jpg

    Dans notre région, la Sylvaine (Ochlodes sylvanus) est une espèce répandue dans les prairies, les collines calcaires et les lisières de bois. C'est un petit papillon (envergure 28 à 34 mm) très vif restant rarement longtemps sur la même fleur. Sa période de vol s'étend en juin et août.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, 11 Juin 2013

     

    Les Hespéries présentent une tête et un thorax élargis. Le corps de ces papillons est épais et robuste, si bien que pour pouvoir le porter, ils battent des ailes beaucoup plus rapidement que les autres "papillons de jour", un peu à la façon des Sphinx (L.G. Higgins et N.D. Riley, 1975). Leurs antennes sont très écartées à la base et se terminent en massues épaisses et incurvées, souvent pointues ou recourbées en crochets. Devant chaque œil composé, on observe une petite touffe de poils inclinée. Le thorax, très robuste, abrite de puissants muscles alaires qui permettent le vol rapide et bourdonnant des Hespéries.

     

    Hesperiidae.jpg

    L'Hespérie de la mauve (Pyrgus malvae): le robuste thorax et les touffes de poils situés près des yeux sont, entre autres, des caractéristiques externes de la Famille des Hesperiidae.

     

    Les Hespéries sont très vives et lestes. Au repos, on constate souvent la position originale des ailes. Les supérieures, étroites, sont dressées et les inférieures s'incurvent légèrement par les bords.

    Ochlodes sylvanus Sovet 4-07-13 J.JPG

    La Sylvaine (Ochlodes sylvanus)

    Photo: Fr. Hela, Sovet (Ciney), 4 Juillet 2013

     

    Les ailes triangulaires ou arrondies montrent des nervures qui partent directement de la base de celles-ci ou de la cellule discoïdale (appartenant à l'aire centrale de l'aile), atteignant toutes la costa (bord antérieur d'une aile) ou le bord externe sans bifurcation. De plus, chez les mâles, des taches ou des traits sont visibles sur le dessus des ailes antérieures. A ces endroit, se situent les androconies, écailles odoriférantes de forme et de structure particulières, liées à des glandes sécrétant des phéromones.

     Thymelicus sylvestris Evrehailles 20-07-13.jpg

    L' Hespérie de la Houlque ou Bande noire (Thymelicus sylvestris): la tache androconiale est ici bien visible chez cet individu mâle.

    Photo: Fr.Hela, Evrehailles, 20 Juillet 2013

     

    Les chenilles sont cylindriques ou fusiformes. Elles ont une grosse tête accentuée par un cou étroit et elles sont, en général, nues ou faiblement poilues. Pour les espèces européennes dont la biologie est connue, les larves vivent, pour la plupart, entre des feuilles rapprochées qu'elles enroulent et fixent avec des fils de soie. La nymphe, chez le Genre Hesperia en particulier, présente une trompe saillante, ce qui est encore un point de rapprochement entre ces insectes et les Sphinx qui montrent aussi ce caractère.

     

    Carcharodus-alceae-chenille A.jpg

     

     

    chenille-Carcharodus-alcae.jpg

    Chenille de  l'Hespérie de l'alcée (Carcharodus alcaeae): la photo du bas montre la chenille repliant une feuille de guimauve avec de la soie.

    Photos: http://www.aramel.free.fr

     

    En Europe, il semblerait qu'il existe une quarantaine d'espèces d'Hespéries, de taille plutôt modeste, dont la couleur varie du gris brun à noirâtre au jaune brun ocré. En général, nos Hespéries semblent majoritairement liées à des stations plutôt sèches. La plupart des espèces privilégient les endroits dégagés et, certaines d'entre elles, préfèrent les lisières forestières et les formations arbustives.

    Hespérie échiquier (Carterocephalus palaemon) Croix Scaille - Fange de l'Abîme 17-06-12.jpg

    L'Hespérie échiquier ou Hespérie du brome (Carterocephalus palaemon) vole de fin mai à juillet. Elle est liée aux lisières forestières, aux petites clairières ou aux formations arbustives.

    Photo: Fr. Hela, Croix-Scaille - Fange de l'Abîme, 17 Juin 2012

     

    Voici quelques espèces observées ces dernières année, à Yvoir:

    L'Hespérie de la mauve (Pyrgus malvae) (envergure: 22 à 26 mm), vole rapidement près du sol, dans les prairies humides et les coteaux fleuris. Au repos, cette Hespérie se pose souvent sur le sol nu, les ailes redressées. Il y a deux générations, l'une en avril-juin et l'autre en juillet-août. Les plantes nourricières de la chenille sont le Fraisier sauvage (Fragaria vesca), les potentilles et les mauves.

    Pyrgus malvae Yvoir 27-04-12.jpg

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, 27 Avril 2012

    Pyrgus malvae Accouplement Yvoir (Champalle) 08-05-2013 J. De Muynck.JPG

    Accouplement

    Photo: J. De Muynck, Yvoir (Champalle), 8 Mai 2013

     

    L'Hespérie des Sanguisorbes (Spialia sertorius) se distingue immédiatement des espèces du Genre Pyrgus d'après l'ordonnance des points de la face supérieure des ailes antérieures.

    Spialia-Pyrgus.jpg

    A gauche: face supérieure d'une aile antérieure de Spialia sertorius

    A droite: celle du Genre Pyrgus

     

    Cette Hespérie est un papillon typique des prairies et des pâturages maigres, ainsi que des pelouses sèches, présentant une végétation lacunaire. On la rencontre d'avril à août. Les plantes nourricières de la chenille sont les pimprenelles, les ronces et les potentilles.

    Spialia sertorius Yvoir (Champalle) 25-04-14 J. De Muynck.jpg

    Photo: J. De Muynck, Yvoir (Champalle), 25 Avril 2014

    Spialia sertorius Yvoir (Champalle) Mai 2014.jpg

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Champalle), 27 Avril 2014

     

    Le Point de Hongrie (Erynnis tages) vole dans des habitats ouverts, en mai et juin. Les plantes nourricières de la chenille sont le Lotier corniculé (Lotus corniculatus) et l'Hippocrépide en ombelle ou fer à cheval (Hippocrepis comosa).

    Erynnis tages Spontin 25-04-14.JPG

    Photo: Fr. Hela, Spontin, 25 Avril 2014

    Erynnis tages Spontin 27-07-2011.jpg

    Photo: Fr. Hela, Spontin, 27 Juillet 2011

     

    L'Hespérie de l'alcée ou Grisette (Carcharodus alceae) présente deux générations. La première est plus sombre que la seconde. Elle vole d'avril à août dans des endroits secs et chauds: jardins, carrières, friches ou terrains vagues, pelouses sèches,... C'est une espèce plutôt méridionales. On trouve la chenille sur les mauves (Malva sylvestris, neglecta et alcea), la Guimauve officinale (Althaea officinalis) et même sur la Rose trémière (Alcea rosea).

    Carcharodus alceae Ransart 29-07-2013 Jacques Bultot.jpg

    Photo: Jacques Bultot, Ransart, 29 Juillet 2013

     

    L'Hespérie du dactyle (Thymelicus lineola) (envergure: 24 à 28 mm) se distingue de l'Hespérie de la Houlque (Thymelicus sylvestris), notamment, par la coloration noire du dessous des massues terminant les antennes. Elle vole de mai à août dans les prairies fleuries. Diverses graminées constituent la nourriture de la chenille.

    Thymelicus lineola Herbeumont 19-07-13 M. Walravens.jpg

    Photo: Marc Walravens, Herbeumont, 19 Juillet 2013

     

    L'Hespérie de la houlque ou Bande noire (Thymelicus sylvestris) (envergure: 26 à 30 mm) est souvent plus commune que l'Hespérie du Dactyle. Elle apparaît, de juin à août, dans des milieux très divers, qu'ils soient secs ou humides, en terrains ouverts, exposés au sud et jouissant d'un ensoleillement moyen à fort. Comme l'espèce précédente, les plantes nourricières de la chenille sont diverses graminées.

     5128429.jpg

    Photo: Fr. Hela, Evrehailles, 20 Juillet 2013

     

    Bien qu'un peu plus grande, l'Hespérie de la Houlque ressemble fort à l'Hespérie du dactyle, mais la face inférieure des massues, au bout de ses antennes, est brun orange. Chez les mâles des deux espèces, les taches androconiales sont disposées de manière légèrement différente, sur le dessus des ailes antérieures. 

    Hesperiidae A.jpg

    Dessus des ailes antérieures des mâles des deux espèces:

    A gauche: Thymelicus sylvestris mâlela partie inférieure de la tache androconiale (en général, toujours présenteforme un léger angle.

    A droite: Thymelicus lineola mâle: la partie inférieure de la tache androconiale (celle-ci peut manquer chez les individus aux dessins peu marquésforme un angle plus accusé.

     

    La Virgule ou Comma (Hesperia comma) (envergure: 28 à 30 mm) apparaît, en juillet et août, surtout sur les pentes des prés secs et maigres, parfois dans les prairies et les pâturages maigres un peu humides. Volant très rapidement, elle visite très fréquemment les scabieuses, les centaurées, les cirses et chardons, l'origan (Origanum vulgare), ainsi que l'Eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum). 

    Hesperia comma Sclaigneaux 8-08-13 Jacques Franchimont A.jpg

    Hesperia comma Sclaigneaux 8-08-13 Jacques Franchimont.jpg

    La Virgule ou Comma (Hesperia comma) porte toujours, sur le dessous des ailes postérieures, des taches blanches ou jaune clair qui se détachent nettement du fond. Sur le dessus des ailes antérieures, le mâle porte une tache androconiale en forme de virgule, parsemée d'argent.

    Photos: Jacques Franchimont, Sclaigneaux, 8 Août 2013

     

    La Sylvaine (Ochlodes sylvanus) vole, en principe, de juin à août. Sa présence est surtout liée aux lisières des forêt et aux haies offrant un vaste éventail de fleurs. Les prairies et les pâturages secs ou humides, exploités de manière extensive, les talus de route bien fleuris, les clairières et bords de chemins ensoleillés, à la végétation diversifiée, les berges fleuries des ruisseaux et rivières, les terrains en friche et, même, des jardins aux espaces naturels préservés, constituent autant d'endroits où l'on peut observer cette espèce. La chenille de la Sylvaine se nourrit de diverses graminées (Bromus erectus, Dactylis glomerata, Lolium perenne, Brachypodium sylvaticum, ...).

    Ochlodes sylvanus Spontin 25-05-14.JPG

    Un mâle d'Ochlodes sylvanus: le milieu des ailes antérieures est à dominante orange et les bords sont brunâtres. Les taches androconiales sont noir uni.

    Photo: Fr. Hela, Spontin, 25 Mai 2014

     

    Ochlodes sylvanus Anseremme 23-06-13 a.jpg

    Les taches du dessous des ailes postérieures sont mates et ne sont, en général, pas clairement délimitées, contrairement à celles de la Virgule (Hesperia comma) qui sont brillantes, de couleur blanche ou jaune pâle.

    Photo: Fr. Hela, Anseremme, 23 Juin 2013

     

    Bibliographie:

    Carter D.-J. et Hargreaves B.: "Guide des chenilles d'Europe", Ed. Delachaux et Niestlé, 1988.

    Chinery M.: "Insectes de France et d'Europe occidentale", Ed. Arthaud, 1988.

    Groupe de travail des lépidoptéristes: "Les Papillons et leurs biotopes" Vol. 2, Ed. Pro Natura - Ligue Suisse pour la Protection de la Nature, 1999.

    Novàk et al.: "Papillons d'Europe", Ed. Bordas, 1983

    Whalley P.: "Papillons", Ed. Arthaud, 1989