Pie-grièche grise (Lanius excubitor)

  • L'élégante Pie-grièche grise (Lanius excubitor) de passage à Yvoir (Tricointe)

    Le 30 octobre dernier, je décide d'explorer les alentours à proximité du "Chêne à l'Image". Il fait serein et j'espère observer quelques oiseaux de passage, dans des milieux plus ouverts. A la sortie de la forêt, le chemin caillouteux apparaît, au milieu des prairies, bordés çà et là de quelques buissons et arbustes. Au sommet de l'un d'entre eux, une sentinelle pâle se détache. Quel bonheur ! Une pie-grièche grise, de passage, a choisi ces lieux pour y trouver quelques proies. Ma rencontre avec cet oiseau provoque toujours chez moi un enthousiasme débordant. Je ne bouge plus, je l'observe attentivement et je me tapis derrière un buisson pour ne pas l'effaroucher, sachant qu'elle veille et voit tout de son poste de guet.

    pie-grieche.grise.jufo.3g.jpg

    Photo: Jules Fouarge - Aves-Natagora


    Quelle élégance se dégage de cette pie-grièche, au beau plumage contrasté ! La poitrine blanche éclatante au soleil d'octobre, agitant latéralement sa longue queue, elle est vigie au bord du chemin.

     

    pie-grieche.grise.redu.12g (1).jpg

    Photo: René Dumoulin - www.oiseaux.net


    De la taille d'un merle, avec une grosse tête grise et blanche, terminée par un bec crochu, foncé et fort, elle a fière prestance. Elle porte au visage des bandeaux noirs passant sur les yeux, ce qui lui donne un air de petit bandit. De dos et de profil, elle montre à présent son manteau gris perle et ses ailes assez courtes, obtuses et noires, avec une tache blanche bien visible. Sa longue queue arrondie est noire, bordée de blanc.

    pie-grieche.grise.redu.13g.jpg

    Photo: René dumoulin - www.oiseaux.net


    En observant cette merveille ailée, je ne peux m'empêcher de songer que ce passereau prédateur, et les pies-grièches en général, ne jouissait pas, par le passé, d'une bonne réputation, ce qui me désole. Certains comportements de ces oiseaux ont conduit à présenter les pies-grièches comme des animaux sanguinaires, cruels, féroces ... Il faut dire que les pies-grièches ont l'habitude d'empaler leurs proies sur des épines ou un rameau d'arbuste épineux (parfois aussi sur un fil barbelé d'une clôture) soit pour les dépecer, soit pour les mettre en réserve en attendant de les consommer.

    Lanius excubitor Photo Marek Szczepanek.jpg

    Photo: Marek Szczepanek (Pologne)


    Le terme "Laniidés" désignant la Famille qui regroupe ces oiseaux viendrait du latin laniarius signifiant "boucher" et laniatus, "déchirer". Leurs cris aigus et discordants (le nom anglais pour nommer ces oiseaux est "shrike", "qui pousse des cris aigus") participent encore à cette connotation sinistre, depuis le Moyen-Age. Le terme "grièche" datant du 13ème siècle est également péjoratif ("grièche d'hiver" de Ruteboeuf). Celui-ci est le féminin du vieux français "grieu" qui a le sens de méchant, mauvais, d'après Cabard P. et Chauvet B. (1997). L'Homme se trouve partout des miroirs, sans songer que l'être animal ne choisit pas sa voie, nous dit Paul Géroudet (1998). Cessons donc de juger d'après nos critères et renonçons à voir la Nature comme l'on voudrait qu'elle soit ! La Nature est et sera, sans plus, et est, malgré sa complexité, extrêmement bien organisée !

    Lanius excubitor  Houtain-Le-Val 21-10-11.jpg

    Photo: Pierre Melon, Houtain-Le-Val, 21 Octobre 2011


    Mais revenons à présent sur ce chemin où je me suis accroupi, au pied d'un buisson touffu. La pie-grièche grise, après un moment d'inquiétude, reprend ces activités. Se penchant légèrement vers l'avant, la queue animée d'un lent battement vertical, on dirait qu'elle scrute le sol.

     

    Lanius excubitor Durmemeersen 10-03-12 Joris Everaert.jpg

    Photo: Joris Everaert, Durmemeersen, 10-03-12


    Ensuite, de son perchoir favori, le corps dressé et la queue cette fois pendante, elle reprend la surveillance des alentours. Soudain, elle fond obliquement dans l'herbe. A-t'elle repérer une proie ? Non! Elle est à nouveau de faction, sur la même branche. C'est alors que le bruit d'un moteur se fait entendre. Un petit tracteur remonte lentement le chemin. La pie-grièche ne tarde pas à s'envoler. Je suis sa trajectoire onduleuse, à faible hauteur. Celle-ci s'achève par une remontée presque verticale pour se terminer à la cime d'un arbre de la lisière.

    pie-grieche.grise.redu.2g.jpg

    Photo: René Dumoulin - www.oiseaux.net


    L'évènement passé, elle est de retour sur sa branche. Lors d'un moment d'inattention de ma part, je la perd de vue. Les membres endormis, je me relève pour bouger un peu et je la retrouve un peu plus loin, sur le piquet d'une clôture. De là, à l'instar du faucon crécerelle, elle explore la prairie en volant sur place, battant rapidement des ailes, à quelques mètres de hauteur, puis elle plonge en piqué. Son manège se répètera jusqu'à ce qu'elle s'envole finalement vers la lisière, un rongeur bien dodu au bec. Quel spectacle !

     

    pie-grieche.grise.jufo.1g.jpg

    Photo: Jules Fouarge - Aves-Natagora


    L'affût n'est pas le seul mode de chasse de notre pie-grièche. En hiver, il n'est pas rare de l'observer, poursuivant de petits passereaux, avec un acharnement et une habilité dignes d'un épervier ! "Ses ailes courtes et arrondies lui permettent d'évoluer aisément et très vite entre les branches et buissons, serrant de près sa victime qu'elle plaque au sol ou cherche à saisir au cours d'un renversement ." (P. Géroudet, 1998).

    La pie-grièche grise est la seule de sa Famille qui reste chez nous en hiver, de novembre à mars. A cette saison, elle s'installe parfois plusieurs semaines en des endroits où ses proies sont assez abondantes (rongeurs, petits mammifères insectivores ou passereaux). Depuis 1995, j'ai eu la chance de la voir, en hiver, dans des zones plus ou moins dégagées de notre commune. Le plus souvent, ce sont des prairies bordées de haies ou piquetées d'arbres fruitiers en bon ou mauvais état et des lisières forestières, pourvues de points de guet, qui l'attirent: à Houx-sur-Meuse, posée dans un arbre fruitier, derrière le château et à Evrehailles (haies et buissons dans une prairie bordant la petite route menant à Blocmont, à Niersant, au sommet d'une haie, aux abords de la Ferme du Harnoy, en lisière forestière ou au lieu-dit "Luchelet", au sommet d'un vieil arbre fruitier).

    L'oiseau régurgite régulièrement, après la digestion, des boulettes, oblongues et dures, d'une longueur de 20 à 30 mm sur 10 à 13 mm de large, constituées de fragments de chitine, d'os et d'autres particules indigestes. L'examen de ces pelotes de réjection permet de se faire une idée de son régime alimentaire. En hiver, ses proies de prédilection sont surtout des rongeurs (campagnols, mulots,...), des insectivores (musaraignes, taupes) et des petits passereaux (moineaux, linottes, pinsons, bruants, mésanges, ...).

     

    Lanius excubitor pelote de réjection 22-02-22 Nassogne.jpg

    Pelote de réjection de la pie-grièche grise

    Photo: Didier Vieuxtemps, Nassogne, 22 Février 2012

     

    Lanius excubitor Yvoir (Tricointe) 30-10-12 B.JPG

    La pie-grièche grise (Lanius excubitor), à Yvoir (Tricointe), le 30 Octobre 2012

    Photo: Fr. Hela