Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos)

  • Prodigieux de richesse, de vigueur et de variété, le chant du Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos) jaillit d'une haie vive...

    Célébré par les poètes, devenu un symbole lyrique, le rossignol incarne pour nous l'art du chant. Que de littérature (de la bonne et de la pire) n'a-t-on pas prodiguée sur le génie de cet oiseaux ! En oubliant résolument les effusions sentimentales qui nous éloignent de la vérité, ne considérons ici que la nature, et elle seule. Cependant, je suis chaque fois saisi par son incomparable virtuosité. Les nuances, les variations, l'étendue et la souplesse de la voix du rossignol me surprennent toujours.

     

    rossignol_philomele_redu_2g.jpg

    Photo: René Dumoulin - www.oiseaux.net

    Ne pas entendre le rossignol est impossible, mais il n'est pas toujours aisé de l'observer, même lorsque sa voix éclate toute proche. Pourvu que le feuillage ne soit pas trop impénétrable et que l'on soit patient, on pourra parfois distinguer un oiseau, à peine plus grand qu'un moineau, à la queue rousse. Son plumage est brun roux uniforme sur le dos, tandis que le dessous est beaucoup plus pâle.

     

    rossignol_philomele_redu_3g.jpg

    Photo: René Dumoulin - www.oiseaux.net

     

    Le rossignol philomèle passe sa vie à terre ou près de terre, sous le couvert des buissons dont il ne s'éloigne pas. Se déplaçant sur un territoire restreint, par bonds alertes, il fouille les feuilles mortes et autres débris végétaux à la recherche de petites proies (vers, larves diverses, chenilles, couvins de fourmis, ...) Se perchant sur les branches basses, il repère Coléoptères, Diptères et autres insectes. La vie qu'il mène ne l'oblige guère à voler que sur de courtes distances et à faible hauteur, quoique ses longues ailes indiquent un migrateur au long cours. Les quartiers d'hiver du rossignol philomèle s'étendent en Afrique tropicale au nord de l'équateur, de la Gambie au Haut-Soudan, par la Côte d'Ivoire, le Nigeria et le Cameroun. En mars, les migrateurs franchissent le Sahara et arrivent chez nous, en général, dans la deuxième quinzaine d'avril.