Clitocybe illusoire (Omphalotus illudens)

  • Une découverte mycologique spectaculaire à Godinne: Omphalotus illudens.

    * Les mots marqués par un astérisque sont expliqués dans le petit glossaire, à la fin de la note.

    L'Allée Croix d'Al Faux se situe non loin du Collège Saint-Paul et de son verger abandonné. Les maisons du quartier se sont construites progressivement dans une chênaie. Dans certaines propriétés on peut encore observer de magnifiques chênes pédonculés (Quercus robur). De son jardin arboré, Nadine attire mon attention sur une grande tache orange vif, visible de loin, dans la pelouse de ses voisins. A la jumelle, il s'avère que se sont des champignons d'une grande taille croissant en groupe. Avec l'accord de la voisine, nous décidons d'examiner de plus près cette curiosité.

     

    Omphalotus illudens Godinne 24-08-11 F.JPG

    Omphalotus illudens

    Photo: Fr. Hela, Godinne, 24-08-11.

     

    La taille et la couleur de ces champignons sont extraordinaires. Les chapeaux de certains d'entre eux ont au moins 15 cm de diamètre, voire davantage ! Ils présentent une couleur orangée vive. Le revêtement est brillant mais sec et satiné. La marge étroite de ces chapeaux est enroulée et tend à se lober.

     

    Omphalotus illudens Godinne 24-08-11 C.JPG

    Photo: Fr. Hela, Godinne, 24-08-11.

     

    Les lames minces, étroites et fourchues ont la même couleur que le chapeau et sont fortement décurrentes*. Le pied est fort et plein, concolore, souvent courbé, se rétrécissant à la base (presque radicant*). La chair est orangée et ferme dégageant une forte odeur fongique.

     

    Omphalotus illudens Godinne 24-08-11 E.JPG

    Photo: Fr. Hela, Godinne, 24-08-11.

     

    Nous sommes bien en présence du clitocybe illusoire ou trompeur (Omphalotus illudens), appelé aussi clitocybe lumineux, une espèce très rare dans notre pays !

    D'après D. Schott (Société Mycologique de Strasbourg - 1979), le Genre Omphalotus se caractérise macroscopiquement par des basidiocarpes* de grande taille, omphaliformes*, entièrement de couleur orangée vive, par des lamelles très décurrentes* et une sporée crème. Plusieurs espèces d'origines américaines ou australiennes ont été décrites. Deux espèces du Genre Omphalotus, très semblables macroscopiquement, sont connues en Europe. Pendant longtemps, elles furent considérées comme deux formes écologiques d'une seule et même espèce. D'après certains travaux d'étude génétique sur le Genre Omphalotus (Petersen, Ronald H. and Karen W. Hughes, 1998), il semble actuellement admis qu'il s'agit de deux espèces différentes. Le clitocybe ou pleurote de l'olivier (Omphalotus olearius), espèce méridionale, croît en touffe sur les souches ou racines des oliviers ainsi qu' à la base des chênes verts (Quercus ilex) et lièges (Quercus suber).

     

    800px-Omphalotus_olearius.jpg

    Omphalotus olearius, espèce plutôt méridionale.

    Photo: www.wikipedia.fr

     

    Le clitocybe trompeur (notre espèce décrite ici), à tendance plus septentrionale, pousse en groupe ou isolément, sur le bois mort, souvent au pied et sur des souches en décomposition de chênes. Marcel Bon (1988) indique aussi qu'on le trouve sur le bois pourrissant  des châtaigniers (Castanea sativa). A Godinne, la présence de cette espèce dans une pelouse s'explique peut-être par l'existence d'une souche pourrie d'un chêne anciennement abattu dans le sol, voire du bois mort ou de grosses racines décomposées de cet arbre.

     

    Omphalotus illudens Godinne 24-08-11 D.JPG

    Photo: Fr. Hela, Godinne, 24 août 2011.

     

    Toutes les espèces du Genre Omphalotus sont toxiques et leur consommation entraîne un symptôme du type gastro-intestinal assez sévère: Sueurs, vertiges, douleurs et vomissements. La toxine en cause est l'illudine. Ces intoxications ont lieu principalement en France où Omphalotus olearius est plus abondant et plus souvent confondu par les débutants avec des espèces comme la chanterelle (Cantharellus cibarius) au la fausse girolle (Hygrophoropsis aurantiaca). Un tableau comparatif de l'ensemble des caractères macroscopiques des espèces pouvant potentiellement être confondues avec une espèce du Genre Omphalotus figure sur le site de la Société Mycologique de Strasbourg (voir l'adresse en fin de note).

    Pour terminer, signalons que les espèces du Genre Omphalotus possède une propriété remarquable: leurs lamelles sont luminescentes dans l'obscurité. Si on met un champignon dans le noir complet, après quelques minutes, les lamelles dégagent nettement un halo de lumière verdâtre. Cette réaction consiste en l'oxydation d'une substance appelée la luciférine et est favorisée par la présence d'une enzyme, la luciférase. Lorsqu'elle se produit, il se dégage de l'énergie sous forme de lumière froide.

     

    Omphalotus_olearius_33857.jpg

    Photo: www.wikipedia.fr

     

    Petit glossaire

    *Basidiocarpe: Organe qui porte les cellules reproductrices (qui donneront les spores) des champignons possèdant  des lames, des tubes ou des aiguillons. Le terme sporophore serait plus adéquat. En quelque sorte, nous dégustons des omelettes aux sporophores et non aux... champignons !

    *Décurrente: Se dit d'une lame de champignon qui se prolonge plus ou moins bas sur le pied.

    *Omphaliforme: Ayant la forme des Omphales, petits champignons aux lames décurrentes, aux chapeaux ténus, déprimés au centre et aux pieds un peu cartilagineux. 

    *Radicant: Se dit du pied d'un champignon lorsqu'il est prolongé dans le sustrat par une sorte de racine pivotante.

     

    (1) Site de la Société Mycologique de Strasbourg: "Omphalotus illudens" par Dominique Schott (Fiche technique régionale): www.mycostra.free.fr/bulletin/omphalotus_illudens.htm