Argus bleu-nacré (Polyommatus coridon)

  • Théclas, Cuivrés, Argus ou Azurés ... (Troisième partie)

    L'Argus Bleu Nacré (Polyommatus coridon) est une espèce représentative des prairies maigres. Il fréquente les prés et pelouses sèches à herbes rases, les coteaux exposés au soleil, surtout ceux constitués d'un substrat calcaire. Dans le milieu préservé du site des Rochers de Champalle, il peut être très abondant en plein été.

    Lysandra coridon Mâle Yvoir 25-07-11.jpg

    Un mâle.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Champalle), 25 Juillet 2011.

     

    La face supérieure du mâle est bleu gris argenté, parcourue de nervures sombres. Le bord des ailes est brunâtre, ourlé de longues franges blanches avec des taches foncées. La femelle est brune souvent saupoudrée de bleu. Deux petites taches plus foncées marquent les ailes antérieures et de petites lunules submarginales oranges sont, en général, nettes.

     

    Lysandra coridon Femelle Sosoye 31-07-11.jpg

    Une  femelle.

    Photo: Fr. Hela, Sosoye, 30 Juillet 2011.

     

    L'Argus Bleu Nacré est une espèce monovoltine, c'est-à-dire qui présente une seule génération annuelle. Il commence à voler au début juillet et disparaît normalement en septembre. On l'a vu rechercher le nectar de la centaurée scabieuse (Centaurea scabiosa), de la scabieuse colombaire (Scabiosa columbaria), de l'origan (Origanum vulgare), du serpolet commun (Thymus pulegioides), de cirses (Cirsium div.) et de diverses Fabacées (Papilionacées). Sa chenille vit en mai et juin sur l'Hippocrépide en ombelle ou fer-à-cheval (Hippocrepis comosa), les vesces et les trèfles ... Elle est souvent accompagnée de fourmis.

    Hippocrepis comosa Houx 26-4-11 A.jpg

    L'Hippocrépide en ombelle ou fer-à-cheval (Hippocrepis comosa), une des plantes préférées de la chenille de l'Argus Bleu Nacré.

    Photo: Fr. Hela, Houx-sur-Meuse, Mai 2011.

     

    Si l'Argus Bleu Nacré peut être abondant sur les pelouses sèches des Rochers de Champalle, il est cependant en très net recul. Dans nos régions, les causes de sa relative rareté sont nombreuses: l'intensification de l'agriculture, la fumure des dernières prairies maigres, le boisement de milieux ouverts et l'urbanisation.

     

    Lysandra coridon Mâle Evrehailles 25-07-11 B.jpg

    L'Argus Bleu Nacré: détail de la face inférieure des ailes d'un mâle.

    Photo: Fr. Hela, Evrehailles, Juillet 2011.

     

    L'Argus myope (Lycaena tityrus), appelé aussi Cuivré fuligineux, était assez répandu dans les prairies à hautes herbes avec beaucoup de fleurs et des oseilles sauvages. C'est une espèce bivoltine (deux générations par an) qui vole d'avril à juin et de juillet à septembre. Le mâle à la face supérieure des ailes brun foncé uni avec des points noirs, ourlée de blanc. La femelle présente une couleur plus vive. Les ailes antérieures sont orangées ponctuées de taches foncées et ses lunules submarginales oranges sont plus marquées.

    Lycaena tityrus Femelle.jpg

    Lycaena tityrus: Une femelle.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Tricointe), Juillet 2011.

     

    L'Argus myope visite toutes sortes de fleurs dont le serpolet commun (Thymus pulegioides), l'origan (Origanum vulgare) et la grande marguerite (Leucanthemum vulgare). Sa chenille vit sur l'oseille sauvage (Rumex acetosa) et la petite oseille (Rumex acetosella). Il n'est pas impossible qu'on la trouve aussi sur l'oseille ronde (Rumex scutatus) qui abonde, à certains endroits, sur les éboulis des carrières, le long de la voie désaffectée Ciney-Spontin-Yvoir et sur certains murets. Certains auteurs de Suisse la renseignent sur cette espèce, dans les Alpes.

     

    Rumex acetosella Thommen 22-07-11.jpg

    La petite oseille (Rumex acetosella), une plante visitée par la chenille de l'Argus myope.

    Photo: Fr. Hela, Thommen, 22 Juillet 2011.

     

    Pour stimuler la présence de ce papillon, on ne devrait ni fumer, ni détruire les prairies maigres et les prés humides. Il serait avantageux pour l'espèce de conserver des îlots non cultivés dans les campagnes, par exemple sur les talus et les remblais, où des plantes sauvages variées peuvent croître librement.

    Lycaena tityrus Mâle.jpg

    Face inférieure des ailes du mâle.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Tricointe), Juillet 2011.

     

     

     

     

     

     

     

  • Théclas, Cuivrés, Argus ou Azurés ... (Première partie)

    Les Lycénidés (Lycaenidae) sont de petits papillons Rhopalocères ou "papillons de jour" à dimorphisme sexuel en général très marqué (les mâles et les femelles sont de couleur différente). Une centaine d'espèces existent en Europe et leur détermination est souvent délicate. Ces papillons sont en diminution dans notre pays et méritent toute notre attention.

     

    Lysandra coridon Sosoye 31-07-11 A.jpg

    L' Argus bleu-nacré (Polyommatus coridon, syn: Lysandra coridon) butinant les fleurs du serpolet commun (Thymus pulegioides).

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Champalle), Juillet 2011.

     

    Dans cette Famille, on trouve les Théclas, à la teinte dominante brune et dont la plupart possèdent une petite queue au bord des ailes postérieures. Les chenilles de ceux-ci vivent en majorité sur des arbres feuillus et des arbustes. Les Cuivrés ont des couleurs pigmentaires et structurales se combinant pour donner des colorations superbes. L'or rouge et le violet prédominent. Leurs chenilles vivent surtout sur les Polygonacées du Genre Rumex (Oseilles et patiences). Enfin, les mâles des Argus ou Azurés sont, en général, de couleur bleue et les femelles brunes. Les chenilles de ce groupe se nourrissent principalement de légumineuses (Fabacées ou Papilionacées).

    Voici quelques espèces observées en 2010 et 2011, dans notre région.

    Le Cuivré commun (Lycaena phlaeas), appelé aussi Le Bronzé ou l'Argus bronzé, est facilement reconnaissable. Ses ailes antérieures sont oranges, marquées de taches foncées et bordées largement de noirâtre. L'envers des ailes postérieures est presque gris uni. Selon les régions, l'espèce donne deux ou trois générations. Le papillon apparaît en avril (parfois mars) et vole souvent tard en automne, parcourant le bord des champs ou des prairies, lorsque le soleil se montre. A cette époque de l'année, il se pose volontiers sur le sol pour s'y réchauffer. Le Cuivré commun fréquente les biotopes richement fleuris des contrées découvertes: bords de chemin, pelouses sèches et prairies de fauche, où croissent notamment des Lamiacées, comme l'origan (Origanum vulgare), le serpolet commun (Thymus pulegioides) ou la menthe des champs (Mentha arvensis), dont il apprécie le nectar. D'après la littérature, sa chenille vit sur les oseilles (Rumex acetosa et acetosella).

     

    Lycaena phlaeas J.jpg

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Tricointe), Août 2011.

     

    L'Azuré des Nerpruns (Celastrina argiolus) est le premier Azuré à se montrer au printemps, époque où il vole le long des lisières, des haies et des bosquets. Lorsqu'il se pose, on remarque la face inférieure des ailes blanc argent à fines taches dont certaines manquent parfois.

     

    Celastrina argiolus N.jpg

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Tricointe), Juillet 2011.

     

    La face supérieure des ailes du mâle est bleu ciel, bordée d'un étroit ourlet foncé. Les femelles ont une bordure foncées plus larges, surtout celles de la deuxième génération.

     

    Celastrina argiolus Femelle.jpg

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, Août 2011

     

    La chenille de cet Azuré vit de préférence sur la bourdaine (Rhamnus frangula) et le cornouiller sanguin (Cornus sanguinea) dont elle ronge les fleurs et les fruits. Elle se nourrirait aussi de plantes appartenant à une vingtaine de Genres et à 9 Familles; on cite notamment le nerprun purgatif (Rhamnus cathartica), la callune (Calluna vulgaris), les fleurs du lierre (Hedera helix), ...

     

    Frangula alnus Fruits Yvoir 10-09-11.jpg

    La bourdaine (Rhamnus frangula), une des espèces appréciée par la chenille de l'Azuré des Nerpruns.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Tricointe: Forêt domaniale), 10 Septembre 2011.

     

    L'Azuré des Nerpruns est une espèce bivoltine. Elle présente deux générations, l'une de fin mars à juin et l'autre de juillet à début septembre. Il occupe les milieux suivants: lisières, haies vives, trouées avec beaucoup de buissons, aussi bien en terrain humide que très sec. D'après un auteur, les papillons d'été recherchent spécialement le nectar de l'eupatoire chanvrine (Eupatorium cannabinum) et du sureau yèble (Sambucus ebulus). Ils aiment se poser sur des feuilles, se nourrissent aussi du miellat des pucerons et descendent au sol pour sucer l'humidité du sable ou de pierres mouillées.

     

    Celastrina argiolus Yvoir 3-07-11 A.JPG

     

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Tricointe), 7 Juillet 2011.