Polystic à soies (Polystichum setiferum)

  • Le Polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum) et le Polystic à soies (Polystichum setiferum), fougères de nos forêts de ravin ombragées.

    Les forêts de ravin ombragées, sur éboulis calcaires ou gréso-schisteux sont des associations forestières assez caractéristiques du bassin de la Meuse et de ses affluents. Elles y occupent les éboulis et colluvions, dans les ravins et pentes abruptes des vallées encaissées. Dans ces sites, elles bénéficient, à l'abri des vents, d'une atmosphère fraîche et humide où les écarts de température sont atténués.

    Polystichum setiferum Crupet 3-03-12 E.jpg

    Forêt de pente où croissent des Polystics à soies (Polystichum setiferum)

    Photo: Fr. Hela, Vallée du Crupet, 3 Mars 2012


    Dans la vallée du Bocq, on peut admirer, à divers endroits, de magnifiques érablières de ravin. Celles-ci sont bien adaptées aux sols incomplètement stabilisés qu'elles contribuent à fixer par leur enracinement oblique et profond.

     

    Bocq Bauche Octobre 2012 A.jpg

    Le Bocq, entre Spontin et Yvoir, à creusé une vallée qui, à certains endroits, est très encaissée. On peut y observer de belles érablières de ravin à Langues de cerf ou Scolopendres (Asplenium scolopendrium). Les deux Polystics y sont fréquents.

    Photo: Fr. Hela, Evrehailles (Bauche), Octobre 2012.

    Asplenium scolopendrium Warnant (vallée de la Molignée) 27-01-12.jpg

    Forêt de ravin sur éboulis calcaires avec des Langues de cerf (Asplenium scolopendrium).

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, Mars 2012.


    Les essences typiques de ces formations sont l'érable plane (Acer platanoides), l'orme des montagnes (Ulmus glabra) et, dans les pentes calcaires, le tilleul à larges feuilles (Tilia platyphyllos) et le frêne (Fraxinus excelsior). La flore herbacée du sous-bois tolère un ombrage important et comporte diverses espèces de fougères, certaines à frondes persistantes en hiver. C'est surtout en ces lieux que vous rencontrerez nos deux Polystics.

     

    Polystichum aculeatum Yvoir Vallée du Bocq 13-2-11.jpg

    Le Polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum)

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, 13 Février 2011


    Les Polystics possèdent des feuilles composées (frondes) rapprochées en touffes, au sommet d'une tige souterraine (rhizome) plus ou moins dressée et courte.

     

    Polystichum setiferum R.jpg

    Frondes en touffes de Polystics à soies (Polystichum setiferum)

    Photos: Fr. Hela, Yvoir, Septembre 2012

     

    La face inférieure de celles-ci présente, de juillet à octobre, des indusies peltées, c'est-à-dire des membranes recouvrant des amas de sporanges ou sores, en forme de cercle et plus ou moins fixées par le centre. Chez les deux espèces, les dents des feuilles sont prolongées par une arête bien marquée.

     

    Polystichum aculeatum 2.JPG

    Indusies orbiculaires et peltées à la face inférieure d'une fronde d'un Polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum).

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, Septembre 2012.


    Le Polystic à aiguillons, plante vivace, a des frondes pouvant atteindre 80 cm. Le limbe de celles-ci est très luisant, glabre, coriace et progressivement réduit à la base. Le pétiole est plus court que celui du Polystic à soies. Les pinnules sont attachées obliquement sur les axes et ne présentent pas de pétiolules distincts.

     

    Polystichum aculeatum dessins_0002.jpg

    1. Souche courte et épaisse, avec la base des pétioles des feuilles.

    2. Rachis du limbe couvert d'écailles rousses.

    3. Fronde (feuille composée) entière à limbe glabre à la face supérieure, vert sombre, assez coriace et rétréci progressivement à la base (persistante en hiver).

    4. Premières divisions (pennes) arquées vers le haut.

    5. Segments des pennes (pinnules).

    6. Segments supérieures (pinnules) de la base des pennes plus grands que les voisins.

    7. Ceux-ci son insérés à la base sur toute la largeur (non pétiolulés).

    Dessins extraits de la Flore forestière française, par Rameau J.-C. et al., Institut pour le développement forestier (1. Plaine et colline), 1989.


    Son développement se déroule au printemps et ses feuilles persistent en hiver jusqu'à la fin du printemps suivant.

     

    Polystichum aculeatum Crosses.jpg

    Frondes au début de leur développement.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, Printemps 2011.


    Le polystic à aiguillons recherche fraîcheur et humidité. Il pousse indifféremment sur sols calcaires ou siliceux. Il se rencontre dans les sous-bois humides, souvent parmi des blocs rocheux ou dans des ravins encaissés, en bord de ruisseaux. Cette fougère colonise parfois la base de rochers ou de vieux murs. Elle est considérée comme assez rare en Wallonie.

    Polystichum aculeatum Hun-sur-Meuse.jpg

    Le Polystic à aiguillons aux frondes vert sombre et luisantes, persistantes en hiver.

    Photo: Fr. Hela, Hun-sur-Meuse, 17 Mars 2012


    Le Polystic à soies, plante vivace, est beaucoup plus rare. C'est une grande fougère à feuilles souvent étalées et retombantes, atteignant parfois 1 mètre de longueur. Le limbe de celles-ci est mat, peu coriace et très peu réduit à la base.

     

    Polysichum dessins_0001.jpg

    1. Pétiole plus long que Polystichum aculeatum.

    2. Rachis écailleux.

    3. Fronde (feuille composée) entière, peu rétrécie à la base, glabre, assez molle, disparaissant normalement en hiver. Elle peut persister quelquefois à cette saison, en des stations plus protégées.

    4. Pennes aigues, en général arquées vers le haut.

    5. Segments des pennes (pinnules) pétiolulés, à lobes dentés, insérés perpendiculairement au rachis des pennes (costa).

    6. Lobe basiliaire extérieur d'une pinnule légèrement plus développé que les autres.

    7. Penne avec pinnules.

    Dessins extraits de la Flore forestière française, par J.-C. Rameau et al., Institut pour le développement forestier (1. Plaine et colline), 1989.


     

    Polystichum setiferum Crosses.jpg

    Frondes du Polystic à soies apparaissant au printemps.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, 2011


    Le Polystic à soies requiert l'ombre, la fraîcheur et l'humidité atmosphérique (climat océanique). C'est une fougère des vallons et ravins encaissés, des bois de pente et des bords de ruisseaux. Indifférente aux substrats, elle préfère néanmoins des terrains siliceux et des sols à acidité modérée.

    Polystichum setiferum Yvoir 30-5-11 A.jpg

    Le Polystic à soies (Polysticum setiferum).

    Photo: Fr. Hela, Yvoir, 30 Mai 2011.


    Lorsque les deux Polystics coexistent à un endroit, des plantes hybrides sont parfois observées (P. xbicknelii). Celles-ci se reconnaissent surtout à leurs spores au moins en partie avortées, mais il n'est pas toujours facile de les distinguer, sans examen microscopique, des individus robustes de Polystichum aculeatum.


    Littérature consultée:

    Clesse B.: "Initiation à la reconnaissance des fougères de nos sous-bois, vieux murs, rochers et éboulis" - Entente nationale pour la protection de la nature a.s.b.l., 2006.

    Lambinon J. et al.: "Nouvelle Flore de la belgique, du G.-D. de Luxembourg, du Nord de la France et des Régions voisines" (Cinquième Edition) - Patrimoine du Jardin botanique national de Belgique, Meise, 2004.

    Noirfalise A.: " Forêts et stations forestières de Belgique" - Ed. Les Presses Agronomiques de Gembloux, 1984.

    Prelli R.: "Guide des fougères et plantes alliées" (Deuxième édition) - Ed. Lechevalier, Paris 1990.

    Prelli R. et Boudrie M.: "Atlas écologique des fougères et plantes alliées" - Ed. Lechevalier, Paris 1992.

    Rameau J.-C. et al. : "Flore forestière française" Tome 1: "Plaine et colline", Institut pour le développement forestier, 1989.