Sphinx du Pin (Sphinx pinastri)

  • La chenille du Sphinx du pin (Sphinx pinastri)

    Crupet, rue de Venalte.

    Le 2 septembre dernier, j'examine les rameaux d'un épicéa commun (Picea abies), afin de montrer à Guillaume les protubérances saillantes sur lesquelles sont insérées les aiguilles. En tournant la tête, je me trouve nez à nez avec une splendide chenille d'au moins 7 à 8 cm. Elle est allongée sur un rameau, à la hauteur de mes yeux. Quelle belle surprise !

     

    Sphinx pinastri Chenille Crupet 2-09-12 A.jpg

    Photo: Fr. Hela, Crupet (Venalte), 2 Septembre 2012


    La chenille est verte, luisante et présente des bandes latérales blanc jaunâtre interrompues, une ligne dorsale brun rouge et des stigmates rouges. Sa tête est brune orangée et elle possède surtout une sorte de corne noirâtre recourbée sur la partie dorsale du onzième segment. Pas de doute, cette corne à l'arrière du corps m'indique qu'il s'agit de la chenille d'un Sphinx et, plus précisément, celle du Sphinx du pin.

     

    Sphinx pinastri Chenille Crupet 2-09-12.jpg

    Photo: Fr. Hela, Crupet (Venalte), 2 Septembre 2012


    Après l'éclosion, cette chenille dévore une partie de la membrane de l'oeuf dont elle est issue. A ce moment là, elle mesure environ 5 mm et est de couleur jaune mat. Sa tête est plus foncée et disproportionnée. Sa corne abdominale fourchue est déjà foncée. Ensuite, elle devient verte ou brune, avec des bandes longitudinales jaune blanchâtre et une capsule céphalique verte. La chenille observée est au stade terminal de son développement. Elle se nymphosera  au sol, à proximité de l'arbre sur lequel elle a vécu, sous les aiguilles tombées, la mousse ou en terre peu profonde. C'est sous forme de chrysalide que l'espèce passera l'hiver.

    De mai à août, le Sphinx du pin vole au crépuscule et visite les fleurs riches en nectar, en plongeant sa trompe assez longue dans les corolles, sans se poser.

     

    Sphinx pinastri Couthuin 23-06-12 Vanmeerbeeck Philippe.jpg

    Photo: Philippe Vanmeerbeeck, Couthuin, 23 Juin 2012.


    Il apprécie les fleurs des Troènes (Ligustrum vulgare et ovalifolium), de la Saponaire officinale (Saponaria officinalis), des Corydales (Corydalis) ou des Chèvrefeuilles (Lonicera).

     

    Lonicera periclymenum Yvoir (Airbois) 18-06-12.jpg

    Les fleurs très odorantes du chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum) sont souvent visitées par le Sphinx du pin.

    Photo: Fr. Hela, Yvoir (Airbois), 6 Juin 2012


     

    Saponaria officinalis Fleurs A.jpg

    La Saponaire officinale (Saponaria officinalis) n'est pas rare dans notre région. On la trouve sur les berges et les graviers, le long des cours d'eau, au bord des chemins et sur certains talus.

    Photo: Fr. Hela, Godinne (Bord de Meuse), Juillet 2012.

     


    Corydalis solida Evrehailles (Haie aux Faulx) 20-03-12.jpg

    La Corydale solide (Corydalis solida) fleurit en mars et avril, dans les bois frais de la vallée du Bocq, sur colluvions ou alluvions, au pied des haies et dans nos vergers.

    Photo: Fr. Hela, Evrehailles (Haie aux Faulx), 20 Mars 2012.


    Le soir, le Sphinx du pin est parfois attiré par des sources lumineuses. Son vol nuptial commence tard dans la nuit et l'accouplement a souvent lieu sur des troncs de conifères. Au petit matin, on peut parfois le surprendre, posé sur un tronc. Cependant, il passe le plus souvent inaperçu. En effet, au repos, ses ailes antérieures grises, marquées de courts traits transversaux noirâtres ainsi que des bandes et des taches brunes, lui assurent un parfait camouflage.

     

    Sphinx pinastri Veerle 1-7-09 Vic Van Dyck.jpg

    Photo: Vic Van Dyck, Veerle, 1 Juillet 2009.


    Notre papillon fréquente les lisières des forêts de conifères et des forêts mixtes, mais également les parcs et jardins où diverses espèces de conifères à aiguilles sont plantés.

    Il possède un corps fuselé assez épais. Ses ailes antérieures sont très allongées, étroites et pointues, alors que ses ailes postérieures sont proportionnellement petites. Son thorax, très développé, abrite une puissante musculature alaire. Comme la plupart des sphinx, il chauffe ses muscles en faisant vibrer ses ailes, avant de s'envoler. 

    Sphinx pinastri Couthuin 7-07-12 Vanmeerbeeck Philippe.jpg

    Photo: Philippe Vanmerbeeck, Couthuin, 7 Juillet 2012.


    Hétérocère ("papillon de nuit"), Sphinx pinastri (syn. Hyloicus pinastri) a une envergure de 7,5 à 9 cm. Il fait partie de la Famille des Sphingidae dans laquelle on trouve des papillons de moyenne à très grande taille. Le Sphinx gazé (Hemaris fuciformis) est l'un des plus petits de nos régions. La plus grande espèce est sans nulle doute le Sphinx tête-de-mort (Acherontia atropos), avec son envergure de 9 à 13 cm et son corps long de 5 à 6 cm. Une espèce de seulement 2 cm d'envergure vit à Madagascar et une autre de 22 cm au Vénézuela.

    La couleur du Sphinx du pin peut fortement varier. On observe parfois des papillons présentant une couleur de fond blanchâtre ou noire.

     

    Sphinx pinastri Aische-en-Refail 30-05-11 Irène Volont.jpg

    Ce papillon plus clair a été photographié par Irène Volont, à Aische-en-Refail,

    le 30 Mai 2011.